L’organisation de l’élection au sein des comités techniques d’établissement

I – La périodicité de l’élection au sein des comités techniques d’établissement

Art. R. 6144-49 C. santé publ.

Modifié par Décret n°2011-584 du 26 mai 2011 – art. 7

« La date des élections pour le renouvellement général des comités techniques d’établissement des établissements publics de santé est fixée par arrêté du Premier ministre, du ministre chargé de la fonction publique et du ministre chargé de la santé. Cette date est rendue publique au moins six mois à l’avance par affichage dans les établissements concernés.
Lorsque l’élection des membres d’un comité technique d’établissement a lieu entre deux renouvellements généraux, notamment en cas de création d’un nouveau comité technique d’établissement, la date du scrutin est fixée par le directeur de l’établissement, après consultation des organisations syndicales remplissant, dans la fonction publique hospitalière, les conditions fixées à l’article 9 bis de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 et constituées dans l’établissement ou au niveau départemental ou au niveau national.
En cas de fusion d’établissements intervenant moins de six mois avant ou moins de six mois après le renouvellement général des comités techniques d’établissement, les représentants du personnel au comité technique d’établissement du nouvel établissement sont désignés sur la base des suffrages cumulés obtenus par les organisations syndicales dans chacun des établissements à l’origine du nouvel établissement. Les sièges sont attribués aux organisations syndicales conformément aux dispositions des articles R. 6144-63 à R. 6144-65 du présent code ».

II – Les conditions relatives aux électeurs des comités techniques d’établissement

Art. R. 6144-50 C. santé publ.

Modifié par Décret n°2014-822 du 18 juillet 2014 – art. 5

« Sont électeurs les fonctionnaires titulaires et stagiaires ainsi que les agents contractuels mentionnés au premier alinéa de l’article 1er du décret n° 91-155 du 6 février 1991 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels des établissements mentionnés à l’article 2 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière ainsi que les contractuels de droit public n’occupant pas un emploi permanent et les contractuels de droit privé.
Toutefois, les fonctionnaires appartenant à un corps de catégorie A géré et recruté au niveau national en application de l’avant-dernier alinéa de l’article 4 du titre IV du statut général des fonctionnaires n’ont pas la qualité d’électeur ».

  • La qualité d’électeur apprécié au jour du scrutin

Art. R. 6144-51 C. santé publ.

« Le directeur de l’établissement dresse la liste électorale. La qualité d’électeur est appréciée à la date du scrutin. Dans le cas prévu à l’article R. 6144-58, une liste électorale est établie pour chaque section de vote.
La liste électorale est affichée dans l’établissement et, s’il y a lieu, dans les établissements annexes, soixante jours au moins avant la date fixée pour le scrutin ».

  • Le délai de modification des inscriptions des listes électorales

Art. R. 6144-52 C. santé publ.

Modifié par Décret n°2011-584 du 26 mai 2011 – art. 8

« Dans un délai de huit jours suivant l’affichage, les électeurs peuvent vérifier les inscriptions et, le cas échéant, présenter au directeur de l’établissement des demandes d’inscription ou des réclamations contre les inscriptions ou omissions sur la liste électorale. A l’expiration de ce délai de huit jours, le directeur affiche dans les quarante-huit heures les modifications apportées à la liste électorale. Pendant cinq jours, à compter de cet affichage, des réclamations peuvent être formulées contre les inscriptions ou radiations ainsi prononcées. Le directeur statue alors dans les vingt-quatre heures.
A l’expiration du délai de seize jours suivant l’affichage, la liste électorale est close.
La liste électorale ainsi close est transmise, sur leur demande, aux organisations syndicales remplissant, dans la fonction publique hospitalière, les conditions fixées à l’article 9 bis de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires.
Aucune modification n’est alors admise, sauf si un événement postérieur et prenant effet au plus tard la veille du scrutin entraîne, pour un agent, l’acquisition ou la perte de la qualité d’électeur.
Dans ce cas, l’inscription ou la radiation est prononcée au plus tard la veille du scrutin par le directeur de l’établissement, soit de sa propre initiative, soit à la demande de l’intéressé, et immédiatement portée à la connaissance des personnels par voie d’affichage, sans toutefois entraîner de modification du nombre des sièges à pourvoir ».

III – Les conditions d’éligibilité aux comités techniques d’établissement

Art. R. 6144-53 C. santé publ.

Modifié par Décret n°2014-822 du 18 juillet 2014 – art. 6

« Sont éligibles les personnels inscrits sur la liste électorale et qui, à la date du scrutin, sont en fonctions depuis au moins trois mois dans l’établissement.
Toutefois, ne peuvent être élus :
1° Les personnels en congé de longue maladie, en congé de longue durée ou de grave maladie ;
2° Les personnels qui ont été frappés d’une rétrogradation ou d’une exclusion temporaire de fonctions de trois mois à deux ans, à moins qu’ils n’aient été amnistiés ou n’aient été relevés de leur sanction dans les conditions prévues à l’article 14 du décret n° 89-822 du 7 novembre 1989 relatif à la procédure disciplinaire applicable aux fonctionnaires relevant de la fonction publique hospitalière ;
3° Les agents frappés d’une des incapacités énoncées par les articles L. 5 et L. 6 du code électoral ».

IV – La présentation des listes de candidats

Art. R. 6144-53-2 C. santé publ.

Modifié par Décret n°2014-822 du 18 juillet 2014 – art. 8

« Les candidatures sont présentées par les organisations syndicales qui, dans la fonction publique hospitalière, remplissent les conditions fixées à l’article 9 bis de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires.
Elles sont déposées auprès de la direction de l’établissement au moins quarante-deux jours avant la date fixée pour les élections.
L’administration affiche dès que possible, après la date limite de dépôt des candidatures, la liste des organisations syndicales ayant légalement déposé une candidature de liste ou de sigle. Ces candidatures sont tenues à disposition des organisations syndicales et des électeurs dans un lieu déterminé par le directeur d’établissement.
Lorsque l’administration constate que l’organisation syndicale ne satisfait pas aux conditions fixées à l’article 9 bis de la loi du 13 juillet 1983 susmentionnée, elle informe le délégué de liste par décision motivée et au plus tard le jour suivant la date limite de dépôt de l’irrecevabilité de la candidature.
En cas de contestation de la décision de l’administration devant le tribunal administratif compétent, le premier délai mentionné au cinquième alinéa du présent article ainsi que le premier délai mentionné au premier alinéa de l’article R. 6144-55 ne courent qu’à compter de la notification du jugement du tribunal administratif.
Lorsque plusieurs organisations syndicales affiliées à une même union de syndicats de fonctionnaires ont déposé des candidatures concurrentes pour une même élection, l’administration en informe, dans un délai de trois jours à compter de la date limite de dépôt des candidatures, les délégués de chacune des listes concernées. Ces derniers disposent alors d’un délai de trois jours pour procéder aux modifications ou aux retraits de candidatures nécessaires.
Si, après l’expiration de ce dernier délai, ces modifications ou retraits ne sont pas intervenus, l’administration informe dans un délai de trois jours l’union des syndicats dont les listes se réclament. Celle-ci dispose alors d’un délai de cinq jours pour indiquer à l’administration, par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, la liste qui pourra se prévaloir de l’appartenance à l’union.
En l’absence de cette indication, les organisations syndicales ayant déposé les listes en cause ne peuvent bénéficier des dispositions du 2° de l’article 9 bis de la loi du 13 juillet 1983 susmentionnée et ne peuvent se prévaloir de l’appartenance à l’union pour l’application du présent décret. Ces organisations syndicales ne peuvent alors participer au scrutin que si elles satisfont elles-mêmes aux dispositions du 1° de l’article 9 bis de la loi du 13 juillet 1983 susmentionnée.
Chaque organisation syndicale ne peut présenter qu’une candidature pour un même scrutin ».

Art. R. 6144-54 C. santé publ.

Modifié par Décret n°2014-822 du 18 juillet 2014 – art. 9

« I.-Chaque candidature doit comporter le nom d’un délégué qui, en cas de scrutin de liste, peut être ou non candidat, désigné par l’organisation syndicale afin de représenter la candidature dans toutes opérations électorales. L’organisation syndicale peut désigner un délégué suppléant.
Les candidatures peuvent être communes à plusieurs organisations syndicales.
Le dépôt des candidatures fait l’objet d’un récépissé établi selon un modèle type remis ou adressé au délégué de candidature ou à son suppléant.
II.-En cas d’élection au scrutin de liste, nul ne peut être candidat sur plusieurs listes pour un même scrutin.
Chaque liste comprend un nombre de noms égal au moins aux deux tiers et au plus au nombre de sièges de représentants titulaires et de représentants suppléants à pourvoir, sans qu’il soit fait mention pour chacun des candidats de la qualité de titulaire ou de suppléant. En outre, elle doit comporter un nombre pair de noms au moment de leur dépôt.
Si une liste comporte, à la date limite de dépôt prévue à l’article R. 6144-53-2, un nombre de candidats supérieur ou inférieur à celui fixé au cinquième alinéa du présent article, l’organisation syndicale qui a déposé cette liste est réputée n’avoir présenté aucun candidat.
Le dépôt de chaque liste est accompagné d’une déclaration de candidature signée par chaque candidat. Le dépôt fait l’objet d’un récépissé, établi selon un modèle type, remis par le directeur au délégué de liste ou au délégué suppléant.
III.-Lorsqu’il est recouru à l’élection au scrutin sur sigle dans les conditions prévues aux deuxième et troisième alinéas de l’article R. 6144-53-1, l’organisation syndicale fait acte de candidature sans qu’il y ait lieu d’appliquer le II du présent article ».